?

Log in

Christophe Atabekian

Entrées récentes

You are viewing the most recent 10 entries

février 26e, 2017

11:54 pm: RETOUR À PARIS





Les deux derniers jours sont occupés par la préparation de la restitution de fin de résidence.
Nous recevons un nouveau résident, L.G., qui fait des dessins avec d'incroyables détails microscopiques - que je suis trop bigleux pour distinguer à l'œil nu - et qui s'installe provisoirement dans le canapé du salon, jusqu'à notre départ ce matin.

Le calamar, là dans l'assiette, c'est au Rif Kebdani et c'est très bon mais j'ai hâte de retrouver une paix intestinale, de ne plus manger de pain ni rien à base de blé pendant quelques temps, de manger du riz, des légumes et des travers de porc.

L'arrivée de L. nous donne l'occasion de faire la rencontre de O. et I. qui s'occupent de plusieurs galerie d'art à Tanger. Nous les retrouvons à la salle Beckett samedi à 19h30 pour la restitution et la salle n'est pas tout à fait vide. Il y a une dizaine de personnes et pas mal de gens que nous ne connaissons pas. Cela donne un enjeu, une tension théâtrale à cette présentation. Il y a un beau moment lorsque H. dépose des épices dans un plat au bord de la scène et que je fais voler le drone au-dessus des épices pour qu'il les propage vers le public, tandis que H. joue des nappes sonores harmonisées en Ré, qui est la fréquence fondamentale de la vibration des hélices du drone.

Les images bleues, les fuseaux horaires et le texte sur la soupe touchent le public et nourrissent l'échange qui s'ensuit. On rentre dans la théorie musicale, les gammes, les modes, la monodies et la polyphonie, etc. La restitution et l'échange avec le public nous permettent de réévaluer tout d'un coup l'ensemble des projets menés, d'en concevoir de nouveaux. C'est une parenthèse qui se ferme, une étape que l'on dépasse et c'est un heureux moment, plein de promesses.

L'autre jour - jeudi je crois - un peu à plat, je regardais par la fenêtre de ma chambre le mur sans intérêt particulier qui me faisait face. Un mur blême percé d'une fenêtre banale. Et je me disais que chacun des gestes nécessaires à l'édification de ce mur, à la percée de cette fenêtre avaient coûté des efforts à des hommes et que j'étais là à faire la sieste et à ne produire, à cet instant, aucun effort. Et je pensais aux milliards de gestes semblables, aboutissant à l'édification de milliards de murs et de fenêtres, somptueux ou sordides, magnifiques ou ratés.
Quel vertige.

Et je ne parle pas des 39 années lumières qui nous séparent des fameuses sept exo-planètes découvertes par la NASA. 39 années de voyage à 360000 km/s qu'est-ce que ça représente de techniquement concevable à notre échelle ?

Bref, je me dis qu'il faut poser sa brique. Si modeste soit-elle. Si fragile soit le mur. La fenêtre. Et je crois que, malgré tout, on a réussi a poser une première pierre et là, je suis content.

Cette nuit, je rêve que je quitte une jeune femme qui m'impose d'accorder ma guitare d'une manière qui me contraint, ne me convient pas et me met en colère. Et puis elle a fait un trou à mon pull au milieu de la poitrine. Ca ne la dérange d'ailleurs pas trop que je m'en aille. Il me semble qu'elle n'attend que ça. C'est qu'il est temps de partir, en effet.
Mais pour revenir, sans doute.
Pour revenir, certainement.

Ce matin, trop vite malheureusement, parce qu'il faut aller prendre l'avion, nous allons tourner chez O. et I. trois restitutions-minutes que je viens de poster sur VIMEO et sur la page Facebook de Life Design.

Quelques mails et puis au lit avec John Dewey.
Bonsoir Paris.



février 24e, 2017

10:28 am: LA RONDE DES NUQUES PLISSÉES





À 9h07 ce matin, l'horloge du Lycée Français indique, comme il se doit, 13h05.
Sans doute parce que nous sommes vendredi ?
Devant l'hôtel Chellah, un bus en stationnement.
Des adolescents tiennent les murs et se battent gentiment au milieu de la chaussée.
Les chauffeurs de taxi, philosophes, attendent patiemment que la situation se dégage.

Le ciel est gris. Il fait frais (15°C et 11°C ressentis).
Nous décidons d'aller prendre le déjeuner à la même petite échoppe voisine de l'Institut Français.
Même petit-déjeuner mais le tarif a varié (l'on passe de 90 DH à 78 DH pour l'ensemble).
Nous ne cherchons pas à comprendre.

Rêvé d'un tueur qui me poursuivait.
Il faut dire qu'hier soir nous sommes retournés au Saveur du Poisson, d'où une digestion lente.
Aujourd'hui, il nous faut fixer les éléments de la restitution qui aura lieu demain à 19h30 à l'Espace Beckett. Il nous faut également décider si, oui ou non, nous nous produirons ce soir sur la scène ouverte du Tabadoul et, si oui, pour y faire quoi.

En attendant on dévisage les têtes rondes, les nuques plissées qui, selon R. , annoncent les repris de justices ou les "visages de prison", comme dit K.

Hier, journée transitoire.
H. travaille sur un dossier d'appel d'offre à rendre d'urgence.
Je somnole et travaille la gamme harmonique mineure en mode phrygien majeur.
Elle se compose des intervalles suivants: 1 H WH H W H W.

J'en tire une musique pour rythmer le pas des chameaux.



Il est question de retrouver A.M. à la Cinémathèque pour le ciné-apéro mais il faut attendre la fin du film, qui dure 2h08 et nous sortons ronds comme des visages de prisons du Saveur et décidons, devant l'absence de table libre à la Cinémathèque, de rentrer à la maison.

En rentrant, H. fabrique un hymne Tarahumaras en utilisant la caisse de la guitare comme résonateur. Je ne fais pas de vieux os et suis au lit à 23h30.

Je décide de désactiver pour de bon mon compte Facebook et de ne garder que la page d'artiste.

Ce matin, en prenant le petit déjeuner, je me dis que nous devrions consacrer une part de notre temps à des activités graphiques. Dessin et peinture.

D'une manière générale, plus le temps est prédit, organisé, moins les plages de liberté sont grandes et moins je ressens d'angoisse. J'ai donc intérêt à organiser davantage, à remplir davantage les cases et à me tenir à des règles plus strictes.



février 23e, 2017

08:48 am: RÉUNIONS NOCTURNES





Je ne sais pas pourquoi, mais toute la nuit se passe en réunions.
Les enjeux sont divers: cela va de l'administration d'une école supérieure d'art à la décision ou non d'intervenir militairement dans un conflit mondial et notamment de faire l'usage ou non d'une bombe atomique.
La majorité se prononce en faveur de l'intervention.
Contre qui ? Je ne sais plus.

J'en déduis que nous mangeons trop de pain, ici.

Et comme j'en ai un peu marre de ces réunions, je me lève un peu plus tôt que d'habitude et je termine les nougats en buvant le café.



février 22e, 2017

05:50 pm: LA TRANSPARENCE DU MAL





Nous faisons un tour dans le quartier de l'Institut Français avec R., avant de passer à l'Espace Beckett pour un point rapide avec Y., le technicien de la salle, en prévision de notre présentation des travaux en cours samedi.

On repère quelques bars, où nous irons peut-être, si nous avons le temps.

Bref passage à la maison, le temps de lire un article consacré à la musique orientale et d'essayer des gammes comprenant des quart de tons. H. a téléchargé un instrument VST ad hoc et on s'essaye à vocaliser des micro-intervalles, on écoute des gammes, parmi lesquelles nous reconnaissons nos gammes diminuées et harmoniques mineures. Dans la gamme arabe, le mi et le si sont diminués d'un 1/4 de ton.

On sort déjeuner. Il fait beau. On ne cesse d'enlever et de remettre son écharpe, son bonnet. Dès qu'on est au soleil, il fait trop chaud. Dès qu'on est à l'ombre, il fait trop froid. C'est comme l'architecture: il y a toujours une intention de compenser (la chaleur et/ou le froid) qui anéanti l'intention d'un geste. Par exemple: une terrasse, oui, mais à l'ombre. Par exemple, une véranda mais avec une fenêtre ouverte. Etc.
Sur le chemin de la Medina, on photographie chaque pendule et il s'avère qu'aucune n'indique l'heure exacte.

Installés dans la salle du haut du Bistrot du Petit Socco, on déguste nos hariras et nos sandwiches au keftes tout en discutant de cette opposition entre une conception de la musique fondée sur la construction harmonique et une conception mélodique.
Dans le premier cas, avec l'introduction de la gamme tempérée, on aboutit à un édifice au service de la particularité d'une voix, d'un interprète, avec des possibilités illimitées de transpositions et d'improvisation. Dans le second cas, tout doit être à l'unisson d'une seule voix qui guide follement mais absolument toutes les autres.

D'un côté (Occident) une culture du côté du pouvoir, qui marque socialement, sert de monnaie d'échange et d'ascenseur social, de l'autre une culture non dissociée du religieux, qui imprègne la vie populaire comme activité non-séparée bien que spécialisée et difficilement accessible pour ces mêmes raisons.

Mais ce qui nous préoccupe, partant, c'est la place qu'occupe le mal, l'idée du mal - comme composante esthétique - dans une forme culturelle qui ne se réclame que du divin, dont la seule transcendance monte immédiatement à dieu, en tant que perfection et donc ne se peut envisager que comme toute bonne. Que devient l'idée du mal dans une telle pratique ?



01:31 pm: LA CHOSE ET L'IMAGE DE LA CHOSE





Et tout en sauçant l'assiette du petit-déjeûner, je me disais ceci: que l'image idéale de la chose, de la situation, de l'événement est toujours supposée co-présente en tant qu'idéale et donc non-contractuelle, mais pas mensongère pour autant.

Je vais tenter d'exprimer ceci plus clairement.

Lorsque, ce matin, avant de nous rendre au rendez-vous de 11h avec R. à l'Institut Français, nous consultons la carte des menus de la petite échoppe située non loin, avant de commander une formule petit-déjeuner à 25 dirhams, notre choix se trouve guidé par une image qui présente une montagne d'œufs, dont un placé dans un coquetier, des monticules de fromages, d'épices, d'olives et de fruits et de nombreuses corbeilles remplies des pains les plus variés.

Lorsqu'après une longue attente - au cours de laquelle nous nous demandons plusieurs fois si nous n'avons pas été oubliés (l'attente est une constante, l'angoisse d'abandon également) - on nous apporte nos assiettes, nous y constatons la présence de deux œufs au plat, dont l'un seulement des deux jaunes est encore partiellement intact, agrémentés d'une bonne cuillerée à soupe de fromage frais, le tout baignant dans une flaque d'huile d'olive. L'ensemble est complété par une corbeille sommaire, comportant une seule variété de pain en quantité modeste.

Le décalage est ici manifeste entre l'image et la chose et cependant l'image est à la chose ce qu'est l'idée à la réalité.
Les fruits ne sont pas présents dans la réalité, mais nous sommes dans une boutique qui propose des jus de fruits frais - nous en avons d'ailleurs commandé - et les fruits font ainsi effectivement partie de l'environnement, bien que non compris dans la formule.
De même un pain contient tous les pains, en tant que concept de pain. Idem pour les fromages, etc.

On doit accepter que l'image est une représentation conceptuelle, idéale et qu'il existe toujours un écart plus ou moins important entre l'image et la réalité qu'elle représente idéalement. C'est pourquoi il ne peut y avoir d'image de dieu puisqu'il faudrait alors qu'il existe un écart entre l'idée de dieu et la réalité de dieu, ce qui ne se peut concevoir.

Par l'image, qui est l'idée de la chose, le paradis est toujours présent sous forme rêvée, accessible par la représentation imaginaire mais appréhendé par les sens sous la forme imparfaite de la chose réelle, le réel étant placé en position d'infériorité par rapport à l'idéel, comme dans la présentation platonicienne.

Est-ce à dire que pour que l'image soit plus belle il peut sembler séduisant de priver la chose d'un attribut, d'une qualité, en somme de la diminuer, comme on parle, par ailleurs d'une gamme ou d'un mode diminués ? Doit-on tirer des conséquences éthiques, morales ou comportementales de ce rapport constant des choses aux images en tant qu'idées, en tant que transcendantes ?

Inversement, il pourrait sembler que le rêve américain soit fait de la promesse de voire coïncider l'image et la réalité qu'elle représente, voire d'arriver à ce que le réel se produise comme au-delà de l'image afin de faire de la vie une réalité plus intense que l'image de la vie elle-même.

En marchant dans la ville depuis plus d'une semaine, nous nous sommes rendus compte que de nombreuses horloges indiquaient des heures fantaisistes, avec des décalages de l'ordre de trois quarts d'heure, vingt sept minutes ou trois heures vingt deux. Ca ne choque pas trop lorsqu'il s'agit d'horloges à aiguilles, parce qu'on se dit qu'après tout elles sont peut-être arrêtées, mais cela arrive aussi fréquemment à des horloges digitales et cela devient difficilement compréhensible, à moins de considérer qu'il existe des fuseaux horaires personnels.

Nous avons décidé d'en faire un relevé systématique pour en avoir le cœur net.



février 21e, 2017

07:51 pm: CHANTER MAINTENANT





C'est, je crois, la première fois qu'on commence par le chant.
Le chant nu, puis la guitare, puis une reprise par le chant de nouveau, sous forme de choeurs.
On avait commencé à l'appartement mais les voisins nous ont envoyé le gardien.
La pression acoustique était trop forte.

Heureusement, O.M. nous prête la salle de répétition des chants arabo-andalous et nous y passons l'après-midi avec H.
On apprend la ligne de chant tout en l'enregistrant.
Ca entre au fur et à mesure et la voix se chauffe.
Le chant commence à décoller.
On s'intéresse à des détails fins. Comme de savoir comment commence, monte et meurt une phrase.
Les mouvements browniens.
Les vocalismes.
Ca commence à vivre par soi-même, partant d'une ingratitude pour aller vers la grâce.
Inch'Allah.

En sortant, oreilles en choux-fleurs, on s'achète des petits gâteaux que l'on va manger en prenant un thé à la terrasse du Grand Café de Paris.

C'est que c'est mon anniversaire, aussi.

Pour fêter ça, à midi, l'on était allé déjeuner au Comptoir de Hanoï, le restaurant vietnamien de Tanger, sis dans le quartier Iberia et tenu par un couple français adorable. Le patron nous avait re-déposé en voiture au carrefour pour que nous puissions attraper un taxi pour rentrer.



février 20e, 2017

03:48 pm: LE RIFF NATUREL





Vent cette nuit.
Beaucoup de bruit.
Les vitres tremblent et les portes claquent.
Des fils pendent aux fenêtres.
Les câbles d'antennes se balancent.
Il pleut encore un peu.

Rêve de voitures en panne, transformées en terrains de jeu, en caravanes pour les enfants.
De fuites d'eau aussi. Massives.
Tout fout le camp dans l'indifférence générale.
On est en situation illégale. En cavale.
Long temps de reprise de conscience avant de me lever.
Le chauffage électrique dessèche les muqueuses et les yeux sont collants.
Café, fromage frais, huile d'olive, oignons, épices, poivre blanc, pain de semoule.
Donald Trump est toujours président des Etats-Unis. Ca commence à bien faire.
Que font les services secrets ?

Pendant que H. enregistre la guitare sur le chant des "Princes de Casablanca", je passe à l'Institut Français pour récupérer mon sac, puis à la salle Beckett pour réserver le salon de musique et au café internet pour remplacer la carte SIM dont j'ai perdu le code PIN.

A midi, on va déjeuner au Rif Kebdani, un petit restau au pied de la Casbah.
Soupe de poisson (consommé) avec son citron expressif.
Indispensable.

Le Maroc marque des points.
Assiettes comme des cartes, comme des parcours. Avec des évidences et des voies de traverses, des sens interdits et des impasses, des détours surprenants.
Du fruit, des épices.
On trace dans la sauce.
Le grand jeu, l'air de rien.
Le vent fait tout vibrer mais on est bien.
C'est le restaurant des américaines (on n'est pas loin de la délégation).
Le serveur fait la bise, ce qui est rare.
En rentrant, on passe devant les maisons putatives de Mick Jagger et on goûte du miel (fenouil et caroubier).

On voit l'Espagne de l'autre côté, nimbée de soleil.
Ce n'est pas très pudique.



février 19e, 2017

03:43 pm: LES PRINCES DE CASABLANCA





Il pleut sans arrêt depuis ce matin.
Nous sommes tout de même sortis vers midi pour aller manger une harira, une salade et des brochettes de viande hachée au Bistrot du Petit Socco.
On ne mange rien d'autre que ce qui est annoncé sur le menu - c'est sommaire, voire spartiate - mais les produits sont bons. Des enfants hystériques psalmodient d'incompréhensibles imprécations dans les haut-parleurs de l'ordinateur. On dirait des voix gonflées à l'hélium.
En rentrant on passe s'acheter des douceurs chez le petit marchand de nougats et on les déguste en buvant un thé à la menthe chez Comedia. Notre taux de sucre fait des bonds importants et on comprend mieux la concentration de dentistes.

Hier, départ à 7h du matin pour Casablanca. Il faut trois heures de voiture à 180 km/h.
O. conduit comme un fou en parlant sans discontinuer avec N. C'est une longue complainte, dans laquelle nous entrons, semble-t-il, ainsi qu'un certain nombre de personnes et d'enjeux socio-professionnels. À l'arrière, on boucle nos ceintures, on ferme les yeux et on prie pour rester en vie. J'avais oublié mon sac à dos, avec chargeur de portable, enregistreur, documents divers et j'en oublie chez J., où nous étions allé boire un verre vendredi soir. Je suis nu comme le pain, sans téléphone et sans appareil photo. Journée sourde et aveugle à Casablanca.
Il faut que je demande des photos à H. mais à l'heure qu'il est - conséquence d'une crève passagère - il sieste.

Casablanca est beaucoup plus urbaine et étendue que Tanger.
C'est presque aussi pollué que Pékin.

Un tournage chinois occupe une bonne partie de la Medina.
Le film s'intitule "Desert Storm": il semble que le Maroc y serve de décor pour reconstituer l'Irak des années 70. Il y a partout des véhicules militaires et des monticules de terre.

On passe visiter une oubliable exposition de peinture contemporaine et on cherche longtemps avant de dégotter le restaurant le plus improbable, le Tonkin, restaurant de sushis, brochettes et spécialités asiatiques. On en sort vivants mais tout juste juste…
Passage éclair par le marché et O. repasse nous prendre.
Encore trois heures dans l'autre sens, à la même vitesse avec un O. qui parle toujours autant, avec toujours la même véhémence.

Nous avons le plaisir d'arriver entiers à Tanger.

Pour fêter ça, nous allons nous faire plumer au Number One (vin à 220 DH, assiettes presque vides à des prix exorbitants, etc.) et chanter des chansons des Beatles pour une fille qui fête son anniversaire - c'est samedi soir, il y a de la jeunesse.

Nous allons coucher nos vieux os rompus.

Ce matin, chanson.

Les princes de Casablanca
Roulent à cent quatre vingt
En agitant les mains

Des confins du Tonkin
Ils guettent la venue
Du tsunami
Bonjour l’ami

Et nul n’est à l’abri
D’une émission saumâtre
Derrière les palissades

On risque la noyade
Sur l’esplanade
Au Nord du minaret
L’océan est tout près
Et le vent est mauvais

La voix pleine de crainte
Ils lancent leurs complaintes
La complainte des princes de Casablanca

Ils sont dans le tracas
Et ne connaissent pas
Le nombre de leurs troupes
Ils ont bu toute la soupe

Vidé d’un trait leurs coupes et
Maudits dans toute
La Medina,
Ils dînent à midi
Et même le Mufti
Ne moufte pas

Quand les princes de Casa
Parlent à tour de bras
Et causent à l’encan
En quête d’un en-cas

D’une chienne andalouse
Serrée dans une blouse
D’une sandale mouillée
Dans toute sa nudité

Au pied de la Mosquée
On avance masqués
Et les princes toujours
Toujours de critiquer

La taille des murailles
Le prix lourd à payer
La longueur de la route
La chaleur du mois d’août

Les travaux et les jours n’offrent pas de repos
Il n’y a plus de héros

Les princes sont rouillés
Au pied de l’escalier
Ils font un petit tas
Bien vite balayé
Par le tournage chinois


février 17e, 2017

11:11 am: L'EFFET DES FRETTES





Hier, début de journée comateux en raison de l'ingestion de poison durant la nuit.
H. est HS et je ne vaux pas cher non plus.
Je prépare un montage de sons, avec les grincements de la porte des chiottes, des bruits de chaises, de sacs en plastique, de pièces de monnaie, des nappes et sons synthétiques, des ambiances, etc.
Vers 15h je me suis rendu au rendez-vous avec S. à Tabadoul mais il n'est pas venu.
Y. est venu et nous convenons de nous retrouver lundi pour enregistrer du Oud.
A. nous propose de participer à une scène ouverte le 24.
Il y a un thème: les années 60-70.

Je rentre vers 16h. On va prendre un goûter déjeunatoire avec H.
Pastilla au poulet pour moi.

À 20h, on retourne à l'association musicale de O.M. pour assister pendant plus de deux heures à une répétition de chants anciens. J'enregistre tout.
Ce matin, H. s'occupe de mettre en phase les grincements de porte et les choeurs d'hier soir.
Il est en train d'enregistrer des voix harmonisées aux grincements à l'instant même.

O. nous avait prévenu: la musique occidentale, sans la science de l'harmonie, c'est de la musique pour enfants. On entend ça en essayant de suivre à la guitare les lignes du chant modal. C'est comme si le son de la guitare était pixellisé. Du 8 bits. Entre deux demi-tons, il en manque du son.

A 12h30, rendez-vous avec J. pour le déjeuner.

On a tous les deux le ventre en pelote.
Hier soir, le poisson du petit restaurant en face du club de l'Espadon n'est pas bien passé on dirait. À moins que ce ne soit le petit-déjeuner du Comedia.



février 16e, 2017

03:22 pm: CLASSE D'ÉQUIVALENCE





Et si l'on parlait par lettres ?
Et si l'on parlait par l'être ?
Et si l'on partait ?
L'on dirait…
L'on dirait…

La proposition "la meilleure et la pire des choses est d'avoir le choix" est équivalente à la proposition "la pire et la meilleure des choses est de ne pas avoir le choix".

Si A est la meilleure ET la pire des choses, non-A qui est le non-être de A, l'absence de A est, par conséquent et respectivement la pire ET la meilleure des choses.
Les propositions A et nonA sont équivalentes quant à la qualification du prédicat.

Hier, beaucoup de déplacements.
O. nous mène aux confins de la ville et nous nous arrêtons scrupuleusement à chaque sortie de ville.
À l'une d'entre elles, nous tombons sur un barrage de police.
Je me demande s'il y en a un à chaque bout. Ou bien…
On va dans des bois vastes, intercalés entre les palais de la famille royale et les palaces saoudiens. Avenues désertes dans les sous-bois de pins parasols.
Des traces de quads et des joggeurs.
Des yahourts vides.
Une route.
Dégagements sur l'Atlantique.
Vagues folles, diagonales, le vent d'Est.
Un petit Ferry brave les vagues de dix mètres.

Le quartier autour du café Hafa est ce qu'il y a de plus merveilleux et sympathique.
Mais bientôt l'on tombe sur de misérables bidonvilles menacées d'effondrement.
Et encore un peu plus loin, trois palaces, puis des résidences toutes identiques sur des kilomètres. Nous sommes confrontés au développement urbain, aux projets insondables de l'Etat, aux intérêts croisés des riches milliardaires de la planète, à l'explosion des taux immobiliers, à l'avis du Roi, à l'avis du Peuple, à l'être-peuple du peuple, à l'être-roi du roi.
Extension sur la mer. Bétonnage. Rage d'O.
Coupures, segmentation du territoire.
Les brûleurs de forêt.
Le Peuple qui protège et se dresse contre les promoteurs et leur brûleurs.
La nécropole phénicienne.

Vent fort au café. On boit un thé et il est temps d'aller retrouver O.M. au centre musical.
Echange avec O. et H. dans le bureau.
O. fait des photocopies.
On écoute "Une gaufre de Spa" puis "L'Heure".
Il nous est proposé d'assister à une répétition d'un groupe africain.
Ensuite, on file pour retrouver S. à la maison.
Ecoute de musique, échanges divers et décision de se retrouver vendredi soir et d'enregistrer les répétitions de chœurs dimanche.

J'écris cette note du Centre Tabadoul où j'ai rendez-vous avec S. et Y. à 15h mais aucun des deux n'est arrivé, bien qu'il soit 15h22.



Actionné par LiveJournal.com