Vous lisez xacha

Christophe Atabekian

Entrées récentes

You are viewing the most recent 10 entries

octobre 2e, 2013

09:42 am: Je me dis que c'était bien

C'était bien, c'était mieux.
Ecrire chaque jour, sans avoir le nez collé sur le feedback. Donc, pourquoi ne pas?
Semaine off. Hors-site. Télétravail.
Ca existe. C'est même plus efficace.
Déposé C. à l'école. Pressing puis rue Poulet. Mixages pour P.
Terminer le film institutionnel.
L'image c'était cette lune rouge, sur la mer, dans les Cornouailles, sur la plage de Mousehole, cet été. Sans bruit, on avait mangé notre take away chinois délicieux. On n'avait plus eu envie de terminer la soirée à la Legion. On était rentrés tôt et on s'était reposés. Maintenant il fait soleil.
Quelle heure est il en réalité? 9h38. Il est bon de le rappeler. Les journées, comme souvent, sont longues et trop courtes. Le travail prend tout mais c'est finalement un château de sable. La mer emporte tout. Plus une trace. Il aura fallu savoir que ça a été. A été l'été. Puis l'automne. Autonome. Faire des phrases, trop long. Sur un téléphone, pas facile. Pressing. Hop!



avril 7e, 2013

10:02 pm: C'EST QUE JE N'AI PAS LE TEMPS
6 avril 2013


Ca fait quelques jours que c'est tous les jours l'anniversaire de C.
4 ans.
Sinon, ça y est, j'ai réglé ma dette de dix ans chez le shrink. L'était temps. Y. dit que je me suis fait arnaquer (parce qu'il m'a compté la séance comme une séance et d'ailleurs c'en était une, comme je n'ai pu m'empêcher de le remarquer). Donc ça, plus celle que je devais, plus celle où je n'étais pas venu, ça faisait donc trois séances.
D'où sentiment d'arnaque (du point de vue de Y.). Moi j'étais prêt à payer dix séances tant était douce la sensation de régler une dette, d'en être sorti, de passer à autre chose.
Obligé de la vie réelle.
Pour ceux qui n'ont pas compris le jeu de mot, m'écrire.
Douze enfanys ça fait pas mal de boxon, mais finalement ils étaient tous charmants.
L'année dernière, à l'anniversaire des 3 ans, je ne les aimais pas tous. Il y en avait même de carrément antipathiques, que je n'aurais pas invités si on m'avait consulté. Cette année, ils étaient tous adorables.
C. choisit bien ses amis. Je suis fier d'elle. Et même les parents se sont bien tenus.
On a bu beaucoup de thé et mangé les gâteaux.
Les enfants ne touchent jamais aux gâteaux. Ils préfèrent les bonbecs.
Pas de musique, mais la batterie en permanence. Ils se sont tous relayés.
Ca fait quand même du bien quand ça s'arrête, tout ça.
Pas fâché d'aller travailler demain. Je le sens comme des vacances.
Il y a tant de choses à faire que je n'ai plus le temps.
Mais plus on fait de choses, finalement, plus on peut en faire.
Le possible passe par de l'impossible, dirait P.G.
J'avais noté tant de belles choses dans Un homme particulier d'Emmanuel Bove. Le passage concernant la femme du narrateur. Central. Chaque phrase ou presque est à tomber.
Même noter ça prend du temps.
On sera plus vieux.
On fera les choses plus tard.
On vivra plus longtemps.
On dit ça…
Bises.

mars 1er, 2013

11:39 am: UNE CONTRÉE D'OUTRE-RÈGNE


J'ai rêvé d'une contrée où le critère essentiel pour évaluer une œuvre d'art était la singularité des sentiments, des perceptions et des idées qu'elle dépeint. Plus est réduit le nombre de personnes capable de s'y reconnaître, plus l'œuvre est réussie. Le chef d'œuvre est atteint lorsque personne ne reconnaît dans ces sentiments, ces idées, ces perceptions, quelque chose qui se rapproche d'une expérience vécue. Dans ce système, l'universalité correspond évidemment à l'échec esthétique absolu.

Dans ce rêve, il existait encore des territoires à cartographier et des civilisations à découvrir, mais il fallait les cacher pour les préserver.

Dans cette contrée, alors que je visitais une exposition, je faisais part à l'artiste, qui était présente, des réflexions que m'inspiraient ses œuvres (je ne saurais dire en quoi elles consistaient exactement). Elle me regarda horrifiée, au bord des larmes.
- Vous croyez qu'il y a d'autres personnes qui pensent comme ça ?
- Bien sûr, répondis-je.
C'est là qu'une anthropologue se pencha vers moi pour m'expliquer leur système esthétique et me faire réaliser la brutalité de ma remarque.

Je me souviens encore de ce bout de dialogue:
- Je t'aime.
- Oui, moi aussi... Tout le monde s'aime.
Et le sentiment d'une platitude infinie.

février 24e, 2013

06:28 pm: VERS L'INFINI ET AU-DELÀ


130224_buzz


On pourrait reprendre ici, sans problème.
Juste avant de partir pour la Porte d'Orléans, chercher une paire de bâtons de ski en taille 120 cm.
C'est qu'on part demain matin pour dix jours dans un lieu où il fait -11°C.
Quelle idée…
C'est pas parce qu'on reprend ici que je vais me sentir obligé de faire le raccord et de remplir les trous.
Les trous sont ce qu'ils sont, demeurent ce qu'ils demeurent.
C'est curieux, la typo de cette interface a changé.
Je vais reprendre ailleurs, plus tard, mieux. Je reprends ici, là, maintenant, comme je peux.
On s'est fait un risotto et puis des crêpes.
Bref.



juillet 9e, 2012

03:56 pm: LES IMAGES PERDUES
imaginarium

Les services Mobileme étant définitivement supprimés, la plupart des images de ce blog apparaîtront désormais sous la forme d'un point d'interrogation.
J'ai les originaux, mais c'est trop de travail de refaire des liens.
Et puis tant pis.
Passons à autre chose. Let bygones be bygones.
Et donc, mal au dos. Lombaires. Psychosomatique ? Affirmatif. Je travaille sur le souffle.
Il faut que j'accompagne C. au labo pour une prise de sang, mais elle dort.
Un thé ? Oui, un thé.
Et demain, voiture, voyage, montagne.
J'emporte des devoirs de vacances.
Il faut que j'écrive 8 chansons, entre autres.
Y. a repéré un sac à dos pratique pour porter C. lors de nos excursions mais arriverons nous à le récupérer à temps?
Hier soir, gros bug au Ciné Cité les Halles. Tous les films se sont arrêtés en même temps. Certains continuaient à recevoir le son.
Nous ("Holy Motors" séance de 22h34) même pas.
Pas vu la deuxième moitié du film. Essayer de rattraper ça ce soir.
C. tête son pouce en dormant, dans le canapé. Ca fait gronk gronk.
Bon, un thé.

juin 5e, 2012

10:08 am: MISS YOU


Parce qu'il y avait une barre au milieu du sommier, je n'ai pas beaucoup dormi. La barre, on peut s'en servir comme d'un rouleau à pâtisserie pour se masser le dos mais au bout d'un moment ça lasse. Les oiseaux sont bruyants à 5 heures du matin.
Pas dormi, pas beaucoup, mais reposé, curieusement. En écoute flottante, comme j'aime, sauf qu'il n'y a personne à écouter: l'école est vide.
Alors je fais mes petites affaires de bureau. Mails, appeler la banque pour opposition carte bleue (perdu mon portefeuille dimanche en allant à la gym, ça m'apprendra à le mettre dans la poche ventrale d'un sweat à capuche). Oui, je suis déguisé en Mark Zuckerberg ces derniers jours, la faute au mauvais temps. Donc hier soir, travaillé avec W. Chez C. sur LD et quelques morceaux pour un concert le 20 juin à Tourcoing.
Rencontré F., dans la rue, qui nous invite à boire un verre mais en fait ce n'était pas du tout une invitation, puisque c'est nous qui devons payer. Hum, mal élevé ce garçon. Du coup, nous partons avec les verres.
L'embêtant avec le fait de ne pas dormir, c'est qu'on ne rêve pas beaucoup et j'avais envie de noter mes rêves. Pas forcément ici.
L'autre jour, rêvé que Mélenchon faisait semblant de faire un régime, mais il dissimulait mal sa gourmandise, tout occupé qu'il était à touiller une sorte d'immense ragoût dans un chaudron. C'est le détail saillant d'un rêve plus complexe dont j'ai oublié les autres éléments.
Pris deux petits déjeuner sur le chemin de la gare. Parce qu'il y avait du soleil et que j'avais faim.
Hier on se serait cru dans un brumisateur géant.
La batterie se décharge dangereusement. Restent 10%.
Il y avait une dame qui sentait mauvais dans le métro et quelqu'un avait tartiné de la crème fraîche ou du yaourt sur un des sièges.
Les tchaks tachaks dans les écouteurs des passagers compressés. Un type révisait des déclinaisons de latin avec le son à fond. Je me demande comment il fait pour retenir quoi que ce soit dans ces conditions.
La photo de Hollande. Hum. Ce type n'a pas de corps. Pas même de cou. Ca fait peine à voir. Ces bras ballants.
Bon, après tout, on n'a peut-être pas besoin qu'il ait un corps non plus ?
Enfin, je ne sais pas. Un corps d'État au moins.
9%. Il faut que je trouve un adaptateur secteur.

Café, pain au chocolat: 1,90€
Café, pain au chocolat, jus d'orange: 5,20€ (à la gare c'est plus cher)


Posted via LiveJournal app for iPad.



Tags:

mai 19e, 2012

09:31 pm: SOFITEL@New Morning




Those Girls (Lyrics: James Joyce / Music: SOFITEL)




Oft'in the Stilly Night / Private Dancer
(Lyrics: James Joyce & Christophe Atabekian / Music: SOFITEL)




Leaders of Men (a Joy Division cover)




Dream Police (a Gary Newman cover)




Only Love (a Roxy Music cover)



décembre 3e, 2011

09:34 pm: ROUGE ET BLEU


Euralille


Bon, ça c'était l'autre jour depuis la plate-forme de la gare Lille Europe. Ca m'a fait penser à tous ces amateurs d'érables qui font le voyage de Kyoto pour observer le changement de couleur des feuilles. Je ne sais pas si c'est un érable ici. C'est le rouge. C'est à cause du rouge. Et justement, dans Peau d'âne qu'on vient de revoir avec C., le prince et toute sa famille, son château, ses chevaux, tout est rouge. Tandis que chez Peau d'âne, tout est bleu. Et il y a trois robes. Il n'est pas question de symbolisme ou de numérologie. Juste de combinatoire. Alors, je me suis acheté la veste à paillette de Michaël Jackson dans Billie Jean. Enfin, la copie officielle, hein. J'espère que ça va briller dans le noir. C'est la pièce d'Yves Noël Genod, vue hier au Théâtre de la Cité Internationale, "Je peux / oui", qui m'a donné envie de paillettes, de lumière. D'ailleurs j'aurais bien aimé qu'Yves Noël fasse la scénographie du concert de Sofitel. Il faudrait que je lui demande. Ou alors il faudrait qu'il lise mon blog (mais aussi il faudrait que j'écrive un peu plus régulièrement). Bon, je vais lui écrire un mail.
J'ai donc pensé lumière, j'ai donc pensé scénographie. Danse. Pas forcément danse, danse. Peut-être pole-dance ?
- Cessez ces enfantillages !
- Je ne peux pas lui échapper…
On est allé jouer dans l'espace enfants de Beaubourg avec C. avant que je ne me fasse avoir à la librairie où elle m'a fait acheter la moitié du magasin. C'est que c'est trop agréable de la gâter. Ensuite on a manger du délicieux agneau grillé que prépare le boucher Chinois de la rue au Maire avec un reste de soupe miso.
C. a eu envie d'un gâteau après avoir vu Peau d'âne. C'était couru d'avance.
Un peu déçu par l'expo "Mathématiques" de la Fondation Cartier. Les interviews, ça n'est bien que quand les mathématiciens parlent de leur travail en détail, mais quand ils se perdent dans des généralités c'est sans intérêt. Les robots de Lynch sont marrants, mais juste marrants. La plus belle pièce c'est la pseudo sphère à courbure négative de Hiroshi Sugimoto.


Hiroshi Sugimoto


Il y avait O.C. à la maison hier. C. était toute ravie. Ce matin, il avait rendez vous avec quatorze personnes entre 14h et 14h15, juste avant d'aller attraper son train. J'espère qu'il a pu communiquer rapidement. On est passé chez Mango avec C. pour essayer une veste en paillettes mais c'est une veste de femme et il m'aurait fallu le modèle en XXL. Or celui-ci n'existait pas au-dessus du L.
Donc va pour Michaël Jackson.
Toux encore.
Je vais me faie une infusion thym / romarin avec des gouttes d'huile essentielle et du miel. Voilà ce que je vais faire.
Bisous.



novembre 3e, 2011

10:40 pm: TOUX SÈCHE


Depuis plus d'une semaine, mais ça s'est radicalisé ces deux derniers jours. Signe qu'il faut que je m'arrête un peu pour bouquiner. M'arrêter de chanter un tout petit peu. Rester à la maison, deux ou trois jours. Je suis content de relire Le Maître et Marguerite de Boulgakov, par exemple. Et il me faut mon néo-codion avant de me coucher. Sinon, point de sommeil. Toux, toux et re-toux.
Tiens, à propos qu'est-ce que je viens foutre là ? Ca fait plus d'un mois que rien ?
Pff… C'est que toute mon attention s'était portée sur SOFITEL (ou SOFITEL'S ou SOFI TEL, enfin on ne sait pas encore très bien comment ça s'écrit, comment ça va s'écrire).
Et par exemple, il y a ces trois petites maquettes, là, qui nous ont pris quelques journées:

Maquettes octobre 2011 by Sofitel

Et un concert à préparer pour le 5 janvier au Gibus. Plus d'autres et recherche de financements, de résidences, etc. Et quelques projets de films. Plusieurs choses en cours.
J'ai aussi failli partir en Chine pour un mois mais malheureusement/heureusement, ça ne se fait pas et je reste là. Et je tousse.
Vu hier F.C. chez Varan pour la projection du film Un bateau en carton de Jose Viera, qui a filmé des campements Roms à Massy-Palaiseau, Chilly Mazarin, etc. Une vie sisyphéenne, où chaque jour il faut reconstruire le bidonville boueux qu'on t'a détruit la veille. Où il faut sans cesse partir, revenir, partir, revenir. Un summum de l'absurde à la fois gai et désespérant. Surtout désespérant. Et pourtant gai. Et pourtant vivant. Des enfants sublimes. Des beautés. Et la boue, le froid, la récup, la misère, la peur, l'angoisse, la résignation, la colère, l'espoir sans espoir. Après, comme il se doit, on a bu du vin Portugais avec des charcuteries de même provenance. Le bateau en carton, c'est le truc dans lequel les milices roumaines faisaient monter les Roms pour les noyer en pleine mer. C'était encore avant la période Ceaucescu.

septembre 18e, 2011

01:48 pm: PÂTES DE RIZ AUX CREVETTES PIMENTÉES ET CORIANDRE


Verre


Comme souvent, j'avais eu l'intention d'aller faire de la gym, mais C. avait manifesté l'envie d'aller au parc et finalement nous sommes allés prendre un café à la terrasse du Cavalier Bleu.
C. avait emmené son nouveau petit sac mais me l'avait rapidement abandonné.
On s'en est servi pour stocker les deux tubes de sucre restés intacts (le serveur ayant oublié de m'en apporter la première fois, il nous en a finalement donné 3 pour se faire pardonner).
Bref, C. veut aller voir les bulles de savon géantes, mais il est trop tôt, ou bien il y a trop de vent, mais en tout cas le type n'est pas là. Aucun des types qui font des bulles de savon géantes devant le Café Beaubourg n'est là ce matin.
Alors on est allé voir les collections permanentes.
C. ne s'arrête devant aucune toile figurative, mais reste un bon moment devant un achrome de Piero Manzoni, à base de laine de verre, de bois et de fil de fer. Elle s'intéresse aussi beaucoup à François Morellet et, comme c'était à prévoir, à la salle de Dubuffet. On va voir des vidéos mais comme il n'y a pas de Tchoupi et Doudou, C. s'impatiente.
Vers 12h30, on a faim et on rentre.
J'ai fait cramer les petits légumes (carottes du jardin, brocoli et choux de Shanghai) mais même sans petits légumes c'est bon les pâtes de riz sautées aux crevettes pimentées (jetées après ail, gingembre, ciboulette Thaï et purée de piment dans l'huile très chaude) avec 2 c.s. de sauce soja et 2 c.s. de vin de cuisson Chinois, le tout agrémenté d'un peu de coriandre finement ciselée.
C. épuisée ne fait que des bêtises et se met à peindre l'ordinateur de Y. (le mauvais exemple de l'art contemporain).
Au lit.
Ne pas oublier le Moretti à 19h et des poussières.


Dimanche:
Café: 2,30 €



Actionné par LiveJournal.com